ECLIPSE Phase 1

 Action 0 : Gouvernance du projet ECLIPSE

 

          Cette action concerne principalement l’élaboration de conventions, de documents pour le bon déroulement du fonctionnement du projet ECLIPSE, l’organisation de comités de pilotage (COPIL) annuels, des missions d’appui, d’expertise avec les partenaires, la gestion administrative, financière et de la communication avec les partenaires du projet.

 

Action 1 : Caractérisation agronomique et environnementale des ressources

 

          L’objectif ici est de poursuivre le développement d’outils innovants permettant l’évaluation de la quantité et de la qualité des ressources disponibles pour l’élevage de ruminants directement en exploitation. Ces dispositifs permettent de réaliser des évaluations à plusieurs échelles : de la parcelle (grâce à un herbomètre) au territoire (NDVI : Normalized Difference Vegetation Index permettant de mettre en évidence la densité de végétation grâce à des images satellites ou de drone). L’accent est mis sur des outils portables, notamment la spectrométrie proche et moyen InfraRouge afin de mesurer :

A court terme, il est prévu de mettre à disposition un paquet technique constitué d’équipements simples d’utilisation, mobiles, robustes, accessibles (coûts d’utilisation réduits) et destinés à expérimenter et observer en situations réelles la conduite des ressources et des animaux. Afin que ces outils soient les plus utiles possibles aux éleveurs, il parait pertinent d’élaborer une démarche de conseil en élevage pour améliorer la gestion des ressources fourragères (prairies cultivées, résidus de culture) et de l’alimentation des animaux en privilégiant la valorisation des ressources naturelles de l’exploitation.

 

Action 2 : Techniques de conservation des biomasses fourragères et des nutriments

          La conservation des biomasses sous formes de foin ou d’ensilage est un des moyens d’adaptation des systèmes d’élevage à la variabilité saisonnière de la pousse de l’herbe ou de la disponibilité des résidus de culture. De plus, dans un contexte où les prix des engrais sont devenus inaccessibles pour la majorité des agro-éleveurs, les matières organiques animales représentent souvent la seule ressource fertilisante produite localement pour le maintien de la fertilité des sols de culture. Dans la plupart des systèmes d’élevage, le recyclage des effluents représente donc également une voie intéressante pour améliorer la durabilité (économique, sociale et environnementale) des exploitations d’élevage. Cette action vise à tester différentes pratiques de conservation des fourrages et de valoriser la diversité des matières organiques animales et végétales pour la fertilisation des prairies et des cultures afin de conserver les nutriments et de limiter les impacts environnementaux (émissions de Gaz à effet de serre (GES) et de méthane). Les objectifs généraux de l’action sont de :

Plusieurs sous-actions sont présentes dans cette action 2 :

 

Action 3 : Stratégies d’adaptation via l’alimentation

          L’alimentation animale est un des principaux vecteurs des stratégies d’adaptation des systèmes d’élevage aux changements globaux. Les conséquences attendues du changement climatique sur les systèmes pâturés et les ressources fourragères sont multiples : changement dans la productivité et de la valeur nutritive… Dans un tel contexte, la valorisation de l’agro-biodiversité des ressources végétales (diversité des espèces fourragères, résidus de culture ou résidus agro-industriels) est devenu un enjeu majeur pour maintenir/accroître l’autonomie fourragère des exploitations et réduire les coûts de production. Pour répondre à ces défis, plusieurs objectifs généraux ont été décrits :

 

Cette action est divisée en plusieurs sous-action permettant de répondre plus précisément aux objectifs.

 

Action 4 : Caractérisation des capacités d’adaptation des ruminants aux contraintes environnementales

          L’ensemble des pays du pourtour de l’Océan Indien seront impactés par le changement climatique. Les impacts attendus de ces changements sur les performances des systèmes d’élevage, sont potentiellement importants et différents selon les régions : risque de contraintes nutritionnelles liées à la diminution de la disponibilité des ressources alimentaires (raccourcissement des périodes favorables à la croissance des plantes, réduction des rendements vivriers et donc des résidus de récolte) et à la diminution de l’ingestion (stress thermique) et contraintes sanitaires liées à l’augmentation de la fréquence des maladies du bétail, en particulier les maladies à transmission vectorielle. L’action repose sur la mobilisation des compétences, des méthodes et des outils développés par différents partenaires du projet sur la capacité d’adaptation des animaux face aux contraintes climatiques et nutritionnelles.

 

Action 5 : Evaluation multicritères des stratégies d’adaptation à différentes échelles

            A l’échelle des exploitations et des filières, les adaptations sont souvent liées à un changement spécifique (changement climatique, nouvelle politique agricole, niche commerciale liée aux changements de mode de consommation…). Or, évaluer l’impact de ces changements sur l’ensemble des dimensions de la durabilité (sociale, environnementale, économique) à différentes échelles est nécessaire pour accompagner les systèmes d’élevage - vers une transition durable. Les objectifs généraux de l’action sont de :

 

Action 6 : Formation et e-learning

            Le projet ARChE_Net a permis de construire un réseau régional de partenaires scientifiques et techniques dans la zone Océan Indien, au sein duquel ont été renforcés les échanges de compétences, d’outils et de données et le partage des capacités d’accueil et de formations scientifiques. Le réseau a structuré une offre de formation adressée à plusieurs publics (étudiants, techniciens, chercheurs) qui intègre des ateliers pratiques, des formations sur les outils utilisés dans le cadre du projet, des accueils d’étudiants et des interventions d’experts sur les thèmes étudiés. Ces échanges et transferts de compétences se sont poursuivis dans le cadre du projet ECLIPSE, pour répondre de façon précise et ciblée à la demande et aux besoins des partenaires, des techniciens et professionnels des filières et des institutions de formation.

Cette action condense les différentes actions de formation (modules et supports pédagogiques, atelier de formation pratique) destinées aux techniciens, professionnels, ingénieurs et chercheurs de l’ensemble des pays et institutions partenaires.

 

Action 7 : Valorisation et communication

            La valorisation et la diffusion des résultats sont cruciales pour la réussite et l’impact d’un projet tel qu’ECLIPSE. Elle doit s’appuyer sur des communications, des rapports, des organisations d’évènements scientifiques et des participations à des conférences. Au-delà, la vulgarisation de ces résultats pour un transfert aux éleveurs est également un des enjeux majeurs du projet. Un site internet a été construit entre 2012 et 2015 et traduit dans les trois langues du projet : français, anglais et portugais. Il comprend un extranet avec accès à une base de données commune, aux outils (LASER, modèles NDVI, FAST) et autres supports pédagogiques. Les objectifs généraux de l’action sont :

  • La diffusion des résultats de cette première phase à l’ensemble des acteurs du projet
  • Adapter des outils de communication en fonction des bénéficiaires ciblés
  • L’élaboration d’outils de communication visuelle permettant de rendre visible le projet, les bailleurs, les partenaires et les actions lors des différentes manifestations

 

 

 

Les activités réalisées