Le réseau ARChE_Net

Créé en 2012, le réseau ARChE_Net est un réseau régional multi-partenarial portant des projets financés par le Fonds Feder Interreg V (Union Européenne) et la Région Réunion dans le cadre du programme opérationnel INTERREG V 2014-2020. Il réalise des projets visant à définir des stratégies régionales pour gérer l’adaptation des systèmes d’élevage de ruminants aux changements agro-écologiques et socio-économiques grâce à la mise à disposition d'outils de pilotage innovants et au renforcement des échanges de compétences au sein de l'Océan Indien

Ce réseau est composé d’experts, de scientifiques et de plus de 30 organismes partenaires rassemblant leurs compétences afin de mettre au point des outils de pilotage au profit des éleveurs et agriculteurs et de favoriser les transferts de connaissances sur différents sujets techniques souhaités par ces derniers au sein de l’Océan Indien. Au total, 7 pays font partis du réseau :

Initialement, ARChE_Net était le nom d’un projet débuté en 2012 sur l’«Adaptation des systèmes de Ruminants aux Changements Environnementaux » permettant de rassembler 24 partenaires des 7 pays cités précédemment autour d’un réseau qui a pris le nom de « ARChE_Net network ».

Depuis la fin du projet ARChE_Net en 2015, le réseau ARChE_Net s’est enrichit de 7 nouveaux partenaires et poursuit ses activités avec un second projet : ECLIPSE «  Emerging Crop and LIvestock production Systems adapted to a changing Environment » qui se déroule sur une période allant de 2015 à 2020.

 

Le réseau ARChE-Net est lui-même inscrit au sein du PréRad : Plateforme Régionale en Recherche Agronomique pour le Développement dans l’Océan Indien. Il est cofinancé par l’Union Européenne (Feder Interreg V) et la Région Réunion et soutient plusieurs réseaux implantés dans les domaines de :

-          La santé animale et humaine : Réseau One Health-OI portant le projet Troi afin de renforcer la surveillance des maladies animales existantes et des maladies exotiques potentiellement à risque pour la zone

  -          La santé végétale et la biodiversité : Réseau e-PRPV portant le projet Epibio-OI connaître et gérer de manière agro-écologique les espèces utiles et nuisibles ou invasives dans la zone et protéger sa biodiversité

  -          Les ressources génétiques : Réseau Germination portant le projet Germination 2 afin d'inventorier, collecter, conserver et valoriser les ressources génétiques végétales agricoles de la région dans une optique de sécurité alimentaire

 -          La qualité des aliments : Réseau QualiREG portant le projet Quali’Innov pour étudier et valoriser les produits agroalimentaires

 -          La gestion des élevages de ruminants : Réseau ARChE_Net portant le projet ECLIPSE permettant d'adapter les élevages de ruminants aux changements environnementaux et socio-économiques

 Ils sont pilotés par le PréRad sous l’égide de la Commission de l’Océan Indien (COI : La Réunion, Madagascar, Maurice, Seychelles, Union des Comores) afin de :

 -          Assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations

 -          Adapter l’agriculture aux changements globaux dont le changement climatique

 -          Préserver l’environnement et la biodiversité

 -          Protéger la santé humaine, animale et végétale et prévenir les risques pour mieux les anticiper

 -          Maintenir l’emploi agricole et consolider les revenus pour un développement économique durable

Pour répondre à ces objectifs et relever ces défis, les pays de la COI misent sur la recherche ; l’innovation, le développement, la formation et le travail en réseau public-privé. Ils s’organisent au sein du PréRad pour mieux coordonner leurs actions et répondre plus efficacement aux défis posés dans les délais restreints. Cette plateforme est née en 2014 par la signature d’un accord-cadre entre l’Etat, le Conseil Régional de La Réunion, la COI et le Cirad.

La plateforme constitue plus globalement un réseau de compétences immédiatement fonctionnelles, d’acteurs qui se connaissent et travaillent depuis de longues années au service de projets communs. Elle représente également un catalyseur pour accélérer la concrétisation des résultats de la recherche, faire émerger de nouveaux projets et de nouveaux réseaux.