Nos activités : analyser, mesurer, évaluer... C'est ça regarder l'herbe pousser !

Nous vous annoncions son arrivée dans la newsletter de juin : Justine, étudiante ingénieure en agro-développement international à l’Istom, a rejoint l'équipe Selmet de la Réunion ! Actuellement en stage de fin d’études au Cirad et co-encadrée par l'ARP, elle cherche à évaluer les facteurs de variation de la densité et de la croissance des fourrages dans le cadre d’un Observatoire de la Pousse de l’Herbe. Témoignage d'une stagiaire Cirad. 


Justine mesurant la pousse de lherbe Charline TEMPE Cirad 
Justine mesurant joyeusement la pousse de l'herbe © Charline TEMPE, Cirad

 

"L’Observatoire de la pousse de l’herbe a été mis en place par l’ARP (Association Réunionnaise de Pastoralisme) et le CIRAD et suit, depuis bientôt trois ans, un réseau de parcelles de références positionnées dans différents contextes pédoclimatiques de l’île. Le but est d’observer un ensemble d’indicateurs de la pousse de l’herbe : biomasse, hauteur du couvert, valeur alimentaire, saisonnalité, etc. L’objectif de mon stage est d’évaluer les fourrages réunionnais à travers l’identification des facteurs de variation de la densité de l’herbe et la transmission des indicateurs pertinents aux éleveurs.

Depuis maintenant trois mois de stage, je vais mesurer chaque semaine l’herbe chez un agriculteur de l’observatoire et j'effectue également des prélèvements de biomasse. Mais l'essentiel de mon travail a été l'analyse de la base de données de l’ARP afin de sortir une table de référence renseignant une densité adaptée selon différents facteurs (présence d’un tapis de kikuyu, hauteur de l’herbe, taux de matière sèche, mois).

Pour les deux prochains mois je vais me concentrer sur la seconde phase qui consiste à évaluer le conseil agricole de l’ARP. Ce retour effectué auprès des éleveurs est la partie la plus importante du projet car, sans une bonne approche, aucun changement ne pourra s’effectuer. Pour cela, je vais réaliser des enquêtes auprès des éleveurs suivis par l’observatoire et ainsi pouvoir formuler des pistes d’améliorations quant aux méthodes utilisées par l’ARP."